Dopage - Les sportifs français "pour les contrôles, contre la localisation"

February 20, 2009

L'association des syndicats de sportifs professionnels français (Fnass) s'est prononcée vendredi "pour les contrôles, contre la localisation" au sujet de la nouvelle procédure de localisation imposée par l'Agence mondiale antidopage (AMA) depuis le 1er janvier dernier.

"La Fnass est bien évidemment favorable aux contrôles, pour que s'intensifie la lutte contre le dopage, mais exclusivement sur les lieux de travail des sportifs professionnels des sports collectifs", a expliqué le président de la Fnass (Fédération nationale des associations et des syndicats sportifs), Sylvain Kastendeuch.

Des représentants de la Fnass, qui regroupe les footballeurs, rugbymen, handballeurs, basketteurs, cyclistes et athlètes professionnels de France ont rencontré ceux de l'Agence française de lutte contre le dopage (AFLD) il y a quinze jours pour faire part de leur désaccord.

Les joueurs de sports collectifs "exercent ensemble leur travail au quotidien dans un lieu unique, connu de tous, à des heures précises, rappelle le président de la Fnass. Il est facile de venir contrôler, onze mois de l'année, le sportif sur son lieu de travail, alors pourquoi vouloir le suivre sur son lieu de vacances et porter atteinte à sa vie privée?"

La Fnass conteste également la décision de l'AFLD de choisir un échantillon de la population des sportifs (les capitaines au football, par exemple) pour la procédure. "Il n'est pas logique, s'agissant d'un sport collectif, de ne vouloir contrôler qu'un élément", dit encore M. Kastendeuch.

Selon le code édicté par l'AMA, les sportifs doivent remplir un formulaire annonçant leur programme quotidien pour les trois mois à venir. Tout sportif qui manque trois contrôles en 18 mois s'expose à une suspension d'un à deux ans. Un tel système est déjà en place depuis plusieurs années dans de nombreux sports individuels dont le cyclisme, l'athlétisme, le ski.